Suite dans l’affaire Abou Bakari Tandia :

Posted in Violence policiere on March 19, 2013 by calabdx

Pour ceux et celles qui n’ont pas suivi l’affaire, nous décrivons nos impressions dans cet article ; vous pourrez également y trouver des sources extérieures parlant de l’affaire Abou Bakari Tandia, mort en Garde à vue en décembre 2004.

La cour d’appel de Versaille à confirmé la clôture de l’instruction et déclaré un non-lieu dans cette affaire. La demande d’appel faites à la cour d’appel de Versailles mardi 12 Février à donc été refusée.

Malgré tout le trouble dans cette affaire, les pièces disparus et les témoignages et expertises contradictoires, la cour à décidé de ne pas poursuivre l’affaire de la mort d’Abou Bakari Tandia.

D’après l’avocat de la partie civile, que Monsieur Doucouré, oncle de la victime, allait se pourvoir en cassation.

La famille restera dans la terrible ignorance. Elle ne pourra pas faire son devoir de mémoire.

Nous soutenons les initiatives de luttes qui feront suite à ce jugement. Courage à la famille et à ceux et celles qui la soutiennent.

Nous sommes tristes de constater une nouvelle fois que la justice est à deux vitesses.
Les policiers qui sont responsables de la mort de ce malien ne seront jamais responsabilisés de leurs actes, ils restent intouchables et tout puissants.

Contact : cala(at)riseup(dot)net      remplacer (at) par : @ et (dot) par : .

Le collectif Food Not Bombs de Bordeaux

Posted in Politique animaliste on March 19, 2013 by calabdx

Appel aux motivés ! réguliers ou ponctuels.

Le collectif  ‘Food Not Bombs’ fut créé début 2012, afin de véhiculer son message.

Ce collectif avait déjà fait une première excursion sur le pavé Bordelais le 10 décembre 2011 à l’occasion de la journée des droits de l’homme, notamment en acte symbolique afin de montrer que le respect de l’homme et de l’animal ne subit aucune hiérarchisation et peuvent être traités ensemble, afin de lutter contre toutes les injustices et les souffrances.

Un peu d’histoire :
Le premier collectif Food Not Bombs apparaît à Boston en 1981 au sein des grandes mobilisations antinucléaires du début des années 80 aux USA. Le mouvement fait vite des petits un peu partout aux USA puis s’exporte. Aujourd’hui, il existe des centaines de collectifs de par le monde sur tous les continents.

Si le collectif à repris ce nom, c’est au départ parce que ses militants partagent les valeurs des Food Not Bombs. Mais aussi pour se rallier à un mouvement international.

Pourquoi Food Not Bombs ?
Parce que vivre et bouffer est plus important que tuer et fabriquer des bombes. Parce que manger ne devrait pas être source de profit, et que c’est la même logique qui traverse les marchands d’armes. Ainsi, le collectif Food Not Bombs partage t-il des repas véganes, régime universelle , sain et le plus respectueux des engagements environnementaux et sociaux,  et du respect de la terre et des ses habitants.

Sur Quelles bases ?

Recettes véganes, universelle et respectueuses de la terre et de ses habitants
– L’autogestion – l’auto-organisation :
On fait avec les gens, pour les gens.
Le but étant à terme d’être juste un moteur de l’auto-organisation des gens.
Pas de chef, pas de hiérarchie : chacun est l’égal des autres.

– Le véganisme :
Manger végane (végétalien en français), c’est manger sans animaux, ni produits animaux. Parce que les premières victimes du capitalisme sont les animaux.
Le collectif se positionne pour la libération de tous : les animaux aussi !

Du point de vue des animaux :
Le profit des gros lobbies vendeurs de cadavres se multiplie sur la souffrance des animaux. Avec les végétaux que l’on produit pour nourrir les animaux emprisonnés, on pourrait nourrir les gens qui meurent de faim. Il faut 14 kg de végétaux pour produire 1 kg de viande, constat très alarmant quand les producteurs d’Amérique du sud se suicides en masse ou que ceux d’Afrique, voient leur récoltes partir en Europe alors qu’il y a famine dans leur pays !

Du point de vue écologique :

50 % de la déforestation est issue de la production de viande (pâturages, cultures…).
Il faut 100.000 litres d’eau pour produire 1 kg de viande contre 900 litres d’eau pour 1 kg de blé !
Actuellement, le principal débouché des OGM : c’est l’alimentation des animaux…
La première source de gaz à effet de serre est l’élevage selon la FAO

Le point de vue du collectif Bordelais :
La nourriture végane, c’est un choix qu’on n’impose pas. On décide de pousser notre logique anticapitaliste en essayant de manger éthique.
En montrant qu’une alimentation végétalienne réfléchie est excellente pour la santé !
En plus, tout le monde peut manger végane quels que soient ses interdits alimentaires. le régime végétalien est un régime universel !

– La gratuité :
Récupération sur les marchés de ce qui serait jeté, ce qui est donné aussi. Récupération des surplus du système marchand. Appel à la solidarité des petits épiciers de quartier pour les denrées non périssables (huile, lentilles, riz, épices…).
Enfin, récupération, transformation en repas équilibrés, et redistribution. Le souhait de ce collectif est que les gens se réapproprient cette idée de s’organiser ensemble par solidarité, se serrer les coudes.

– Zone d’autonomie temporaire :

Aucune demande d’autorisation à personne. Non reconnaissance de l’état, ni les lois qu’il a produites comme légitimes, et qui conduisent à dénigrer et oublier les citoyens même de cette état, il échoue dans sa mission première, ne respecte pas les droits de l’homme, et ne respecte ni l’intellect ni la personnes des citoyens du pays

Contact : cala(at)riseup(dot)net                                            remplacer (at) par : @ et (dot) par : .

Affichages, droits et moyens d’actions

Posted in materiel militant on March 19, 2013 by calabdx

Dans la lutte véganarchiste, il est important d’être visible. Il vient alors naturellement à l’idée d’investir les rues et les espaces publiques avec tracts et affiches. Néanmoins, et surtout dans les espaces publiques, la loi est stricte quant au droit d’affichages.

Nous regroupons ici un maximum d’informations sur le droit d’affichage, les risques encourues en cas d’affichage illégal, ainsi que les méthodes et conseils que nous préconisons d’utiliser.

Vous trouverez d’ailleurs la liste des panneaux d’affichage libre, ainsi que différentes affiches en lien.

Où poser les affiches ?

Il est d’abord judicieux de poser les affiches dans les commerces. En effet, celle-ci ne se verront pas enlevées ou déchirées par l’opposition, elles resteront à l’abri de l’humidité et seront visibles par tout les usagers du commerce. Cela ne nécessite que du scotch, ce qui est bien pratique.

Les principaux magasins à cibler seront les magasins bio, les supermarchés, les salles de concerts, pharmacies, tabacs, bars, restaurants…

Ensuite, il peut être efficace de mettre une affiche sur les fenêtres des habitations qui donnent sur la rue, de préférence au rez-de-chaussée ou au premier étage des logements de militants ou sympathisants. On peut également en mettre sur la porte d’entrée, à l’intérieure des vitres de voiture (attention aux représailles des adversaires de lutte les plus violents, Pro-corrida, Pro-vivisection…).

Dans un deuxième temps, il faut occuper l’espace publique, en l’état des panneaux d’affichage libre. Dans le cas de Bordeaux (je ne sais pas pour les autres villes, mais je pense bien que ce sera la même législation), ces panneaux sont réservés aux à la libre expression, et ce afin d’éviter de se retrouver avec des affiches collées n’importe où, ce qui est répréhensible (nous en reviendrons plus loin).

Il faut savoir que certains de ces panneaux sont exclusivement réservé aux assos et militants politiques, et sont interdits aux publicistes qui comme on peut le voir en abusent. Ainsi, ne soyez pas inquiet de recouvrir ces pubs, vous le faite pour le bien de tous.

 

Un bon slogan militant vaut mille fois plus que cette pollution d’annonce consommatoire qui nous assaille en permanence. Croyez bien qu’une petite affiche ironique fait son effet.

Les peines encourues si l’affichage est illégal.

La législation sur l’affichage dit « sauvage » est surtout pour dissuader et canaliser les publicitaires qui on le sait ont les dents longues. C’est la loi n° 79-1150 du 29 décembre 1979.

Il faut savoir que c’est le maire ou le préfet qui a l’autorité pour faire retirer les affiches illégales. Dans le cas où cette publicité serait dans une propriété privé, il faut que ce soit à la demande du propriétaire, ou bien que celui-ci soit informé de la démarche au préalable.

« En cas d’absence de déclaration préalable, l’article L. 581-29 du code de l’environnement donne pouvoir au maire ou au préfet de faire procéder d’office à la suppression immédiate de cette publicité, sous réserve, dans le cas où elle se trouve dans une propriété privée, de la demande du propriétaire ou de son information préalable. Les frais d’exécution d’office sont supportés par la personne qui a apposé ou fait apposer cette publicité, ou si celle-ci est inconnue, par celle pour laquelle la publicité a été réalisée. ».

Le contrevenant s’expose à une éventuelle astreinte de 75 euros, mais il risque également une amende administrative de 750 euros (art. L. 581-26 du code de l’environnement) en l’absence de déclaration préalable.

L’article L. 581-34 de ce code sanctionne d’une amende délictuelle de 3 750 euros l’affichage sauvage en des lieux interdits, l’amende délictuelle est applicable autant de fois qu’il existe de publicité en infraction. Ainsi, nous vous conseillons de bien faire gaffe où vous posez vos affiches.

J’aimerais revenir sur une petite phrase anodine mais qui peut se révéler très néfaste, comme un retour de flamme : « ou si celle-ci est inconnue, par celle pour laquelle la publicité a été réalisée ». Cela signifie que, dans le cas d’affiches appartenant clairement à une association, ce peut être l’association, est notamment en la personne de son président (qui est le responsable pénale de l’association) qui sera responsable et devra payer les amendes et autres frais. Il est alors primordial de ne pas engager la responsabilité des associations et de leurs présidents dans ces affichages. Lors d’une campagne d’affichage, il faut rester dans la légalité. Les initiatives personnelles ne devront  pas utiliser le matériel de l’association, au risque de l’entrainer dans un maelstrom juridique duquel elle ne se relèverait probablement pas.

Comment coller ?

Dans un souci de propreté écologique, il est intéressant d’utiliser des colles à papier biologiques, et utilisant le minimum de produits chimiques. Ne vous inquiétez pas, il ne faut que trois ingrédients pour fabriquer sa colle : de la farine, du sucre et de l’eau. Il suffit alors de ne prendre que des ingrédients éthiques et on peut y aller gaiement.

Voilà la recette : Pour 5 litres d’eau tiède, incorporer 2 Kg de farine, vous pouvez ajouter 250 g de sucre, ca donne meilleur gout J et colle mieux.

Maintenant, à vos pinceaux et bon militantisme

Sources : http://www.senat.fr/questions/base/2003/qSEQ030507578.html

http://www.youtube.com/watch?v=3TSR8sKFd_c

Liste des panneaux d’affichage : > liste <

Vous trouverez quelques affiches et tracts sur ce site. n’hésitez pas à nous faire parvenir vos affiches et à nous tenir au courant des campagnes menées.

Contact : cala(at)riseup(dot)net                                            remplacer (at) par : @ et (dot) par : .

Individu, individualisme et libération animale.

Posted in Nos positions on March 19, 2013 by calabdx

Pour ceux et celles qui pensent que l’individualisme c’est égoïste ou égocentrique, je les incite à étudier quelques textes et pistes de réflexion, en bas de page ou en lien ici.

Individualisme :

L’individualisme recentre la réflexion sur l’individu et non le collectif. Car l’intérêt du plus grand nombre, au détriment d’un seul ou d’une seule nie la liberté de cet individu.
La domination du groupe, qui dicte et décide face aux individus reste une domination. Cela n’empêche évidement pas la collectivisation, à condition que cette décision soit prise au niveau individuel.

C’est l’individu et lui seul qui fixe ses propres limites. L’autogestion et la responsabilité est nécessaire, mais il ne faut pas oublier que sa liberté s’arrête où commence celle des autres.
Comme disait Bakounine, « Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m’entourent, hommes ou femmes, sont également libres. La liberté d’autrui, loin d’être une limite ou une négation de ma liberté, en est au contraire la condition nécessaire et la confirmation. Je ne deviens vraiment libre que par la liberté des autres, de sorte que, plus nombreux sont les hommes libres qui m’entourent, et plus étendue et plus large est leur liberté, plus étendue et plus profonde devient la mienne. C’est au contraire l’esclavage des autres qui pose une barrière à ma liberté, ou, ce qui revient au même, c’est leur bestialité qui est une négation de mon humanité parce que, encore une fois, je ne puis me dire libre vraiment que lorsque ma liberté, ou ce qui veut dire la même chose, lorsque ma dignité d’homme, mon droit humain, qui consiste à n’obéir à aucun homme et à ne déterminer mes actes que conformément à mes convictions propres, réfléchit par la conscience également libre de tous, me reviennent confirmés par l’assentiment de tout le monde. Ma liberté personnelle ainsi confirmée par la liberté de tous s’étend à l’infini. »

L’individualisme soulève également le refus d’appartenance et de déterminisme. Aucun n’est ou ne devient par nature. Au-delà de l’aspect déiste que la notion de nature revêt souvent, elle retire également toute individualité aux membres de différents groupes en accordant à leur caractère physique ou mentaux les raisons de leurs comportements. C’est cette pensé déterministe qui autorise alors de les priver de liberté. Ainsi, on peut diriger les foules et ignorer les larmes et les souffrances car les individus sont incapables d’autogestion par nature. Selon la croyance la plus absurde, il faut toujours un leader, c’est naturel.
Ainsi, les individus, de par leur ethnie, leur sexe/sexualité, leur âge ou leur espèce, se voient rangés dans des groupes qui les privent de parole, de droits et d’individualité. Mais l’appartenance à un groupe devrait toujours être volontaire et révocable. Les espèces, les sexualités, les partis politiques ou tout autre groupe d’individus ne souffrent pas, car ils ne sauraient en leur état être le siege d’émotions. Ce ne sont que des concepts, des mots qui nomment une différence. On comprend alors que l’intérêt du groupe n’existe que parce que certains individus expriment leurs intérêts au travers de celui-ci. Répondre au pseudo intérêt du groupe c’est en fait répondre à l’intérêt du sous groupe le plus nombreux ou le plus dominant/puissant au sein de ce groupe.

Individus :

Mais qu’est ce que l’individu ? Sur quels critères doivent être fondés ces distinctions entre ce qui constitue la somme des individus et le reste de l’univers ? Nous pouvons répondre à cette question en soulignant ce qui est un mécanisme spéciste : l’unicité de l’humanité. Beaucoup de personnes cherchent ce qui est unique, différent chez l’humain (donc ce qu’on ne trouve pas dans « la nature » ; les grands mots sont lâchés). Mais nous pourrons chercher ce qui relie toute l’humanité pour en faire un grand groupe pendant longtemps, cela ne fera qu’effacer les individualités qui composent ce groupe. Nous sommes des individus qui ressentons le besoin d’être libre et de ne point souffrir ? N’est pas une définition suffisante pour appliquer les idées d’individualisme ?
Mais dans ce cas, la liberté de ce cochon dans cet enclos n’est-elle pas aussi importante que celle de mon voisin ? Sortons du spécisme et étendons la notion d’individu à celle de tous les être sentients qui ressentent le besoin d’être libre ou de ne pas souffrir. Il n’est pas nécessaire d’étudier longtemps les Animaux pour se rendre compte qu’ils sont tous unique, au moins autant que nous. Puisqu’ils souffrent autant que nous de l’enfermement, nous devrions également prendre en compte leurs intérêts.

Libération animale :

L’anarchisme se construit d’individu à individu et passe par le respect de chacun et chacune. Si vous comprenez la notion d’individualisme, vous comprendrez pourquoi considérer le reste du règne animal comme étant un groupe, sans considérer leur individualité est à mon sens  une idée absurde.

Pourquoi ranger le ver de terre, le corail, la poule et le chimpanzé dans la même case pour en sortir l’humain ? Pourquoi gommer les différences entre tous ces êtres, et souligner les pseudos différences qui isoleraient l’humain ? Pourquoi nier l’individualité des ces êtres ?

C’est le spécisme qui est à l’œuvre ici, qui, comme la xénophobie, élève au rang de droit les différences qui nous séparent des autres individus. Et en allant plus loin, pourquoi nous obstinons-nous à les ranger dans des groupes, comme on peut le faire des femmes ou des homosexuel-le-s ? Prenons les individus comme tels, il est nul besoin d’appartenir à un groupe pour pouvoir jouir de liberté. Il est nul besoin d’appartenir à un groupe pour s’exprimer.

Si l’on est séduit-e par l’idée d’anarchisme, par l’idée d’individualisme, le cheminement le plus cohérent est de briser ces idées de nature et de barrières spécistes, xénophobes ou sexistes.
Cessons de nier l’individu et respectons les libertés de ceux qui en éprouvent l’envie.
Nous devons libérer tous les individus, tous les Animaux.

π.

Quelques sources sur l’individualisme :
notre individualisme
anarchisme et individualisme

Contact : cala(at)riseup(dot)net                                            remplacer (at) par : @ et (dot) par : .

Un premier pas vers l’abolition de la vivisection et de l’expérimentation animale :

Posted in victoires on March 19, 2013 by calabdx

Pour plus d’informations sur nos positions face à l’expérimentation animale, vous pouvez venir vous renseigner ici

Depuis plusieurs mois, une campagne internationale, avait pour but de surveiller les activités de la commission européenne sur les cosmétiques, afin de maintenir l’échéance de mars 2013 pour l’interdiction de mise sur le marché de cosmétiques qui auraient été pour tout ou partie testé sur des animaux.

Lundi 11 mars 2013

l’entrée en vigueur de cette loi est enfin avérée, et nous pouvons nous réjouir de ce que désormais, les compagnies ne devraient plus pratiquer de tests sur les animaux car elles ne pourraient plus les commercialiser.

Le chemin est long vers la fin totale de l’expérimentation animale.
La médecine, la toxicologie et tous les domaines qui y font appel continueront à procéder aux tests.
Il reste donc encore beaucoup de travail pour les personnes qui tentent de trouver des arguments toujours plus convaincants pour convaincre les chercheurEs et toxicologues.

Il reste beaucoup de travail pour les militantEs qui veulent enrayer cette machine infernal.

Pour ceux et celles qui veulent avoir plus d’information, vous pourrez les trouver ici

Contact : cala(at)riseup(dot)net             remplacer (at) par : @ et (dot) par : .

L’abolition de l’expérimentation animale :

Posted in Nos positions on March 19, 2013 by calabdx

expérimentation animale

L’expérimentation animale est la pratique d’une expérience sur un animal qui le prive de liberté et le plus souvent de vie.

La vivisection est une opération invasive pratiquée sur un animal vivant, afin de pouvoir validé une thèse scientifique, tester la toxicité d’un produit ou quelque soit les autres raisons qui poussent à utiliser de telles méthodes.

Concrètement, c’est prendre les animaux pour du matériel de laboratoire.
Si vous pensez que pour sauver des humains on peut faire souffrir les animaux, alors c’est que vous êtes spéciste.

Rappelons que des avancés saisissantes ont été réalisé en prenant l’humain comme cobaye, pour le bien de l’humanité (enfin pas pour celle suppliciée). Remercions les nazis d’avoir trouvé à quelle température la peau humaine se décroche de la chair….

Si cela n’est pas assez, prenez une pause et réfléchissez.
La liberté d’autrui ne leur appartient pas !!
Le corps d’autrui ne nous appartient pas !!!

La vivisection est obsolète :

La vivisection et l’expérimentation animale ont dans de nombreux cas prouvé leur inutilité ; de nombreux scientifiques s’y opposent d’ailleurs et promeuvent les méthodes alternatives, tout aussi efficace.
Pour plus d’information : Antidote Europe ; Pro Anima.

Dans tous les cas, L’expérimentation animale est liberticide, spéciste cruelle et égoïste.

L’expérimentation animale c’est tester les croquettes en en faisant ingérer chaque ingrédient jusqu’à ce que l’animal fasse une overdose et enfin de voir quel organe à lâché en premier….

L’expérimentation animale c’est chauffer le sol du sol pour voir à quelle température la guenon jette son bébé au sol pour monter dessus et ne plus se bruler les pieds. (Vous voyez le parallèle ?).
Elle ne le fera bien entendu jamais…..

L’expérimentation animale c’est décapiter un chien et ranimer sa tête pour tester ses réflexes et réactions….

Nous ne nous étendrons pas d’avantage sur ces pratiques car de nombreuses associations le feront mieux que nous probablement. Si vous voulez plus d’informations sur les campagnes et sur les pratiques barbares, vous pouvez vous renseigner sur le site de la coalition antivivisection.

Pour nous, il n’y a aucune raison valable pour induire une maladie ou tous autres sévices sur un individu. Quel que soit le résultat, c’est une méthode liberticide. Ce n’est pas de la survie, c’est de la domination, du fascisme étendu à toute la planète et à toutes les espèces.

En plus d’être horrible pour les animaux, elle est dangereuse car elle n’est pas fiable.

De plus, l’humain est également utilisé en expérimentation animale car le raisonnement capitaliste n’a pas de frontières, ni morale, ni d’espèce.

Mettons un terme à la vivisection, n’achetez plus de produits testés sur les animaux, manifestez dans les campagnes efficaces qui sont en cours.

Contact : cala(at)riseup(dot)net             remplacer (at) par : @ et (dot) par : .

Les fachos sont les bienvenuEs dans la PA ?

Posted in Politique animaliste on March 18, 2013 by calabdx

Le 24 novembre 2012 à eu lieu à Paris la «marche contre la fourrure », regroupant de nombreux collectifs, associations et militants luttant pour la protection animale. Beaucoup se sont félicités du nombre de participant à cette manifestation mais sans se soucier de qui été venu grossir leur rang.

Nous dénonçons depuis longtemps l’argument bien trop souvent entendu dans la P.A. comme quoi « tous ceux qui luttent pour aider les animaux sont les bienvenue », notamment avec la Fondation Brigitte Bardot et les propos haineux de la présidente. Nous mettions en garde contre ce laxisme vis-à-vis de paroles racistes dans les rangs de la P.A. et contre une récupération de ces luttes par l’extrême droite.

Ce qui est arrivé le 24 montre bien que nos craintes étaient fondées. Le groupuscule fasciste et ultra violent « 3ème voie » s’est invité à cette marche, brandissant une banderole contre la fourrure, défilant sans être inquiété parmi les nombreux autres militants présents et posant même sur des photos avec certains.

Le plus grave est que certains arrivent encore à défendre leur venue.

Sur la page de la manifestation, alors que nous prévenions les militants de l’arriver de ces groupes fascistes et xénophobes, nous avons subi une levée de bouclier, et avons été exclu de la discussion. des propos négationnistes, voir pro nazis ont été proféré alors qu’une majorité de militant se disant “apolitique” ne les rejettaient pas, allant meme jusqu’à défendre leurs auteurEs.

Comment des personnes se disant pour la libération animale peuvent tolérer la présence de militants de troisième voie, et la tenu de propos aussi scandaleux ?
La lutte pour le droit des animaux est une lutte qui dénonce avant tout la discrimination qui leur est faite et la violence et asservissement qui en découle.
Accepter ce genre de groupuscule et leur discours, c’est aller contre les idées même de ce combat.

En tant que militants pour la libération animale et humaine, nous sommes contre toutes formes de discriminations quelle qu’elle soit et dénonceront toujours ce genre de groupes et leurs idées puantes. Et ceux qui en arrivent à les défendre seront désormais comptés dans leur rang. Nous devons avoir des idées claires et être déterminés si nous voulons que nos luttes avancent et garder une crédibilité entre nos convictions et nos actes.

Nous resterons ferme face au racisme et ceux qui propagent des idées fascistes !!!
touche pas à ma peau

Contact : cala(at)riseup(dot)net                        remplacer (at) par : @ et (dot) par : .